A Charlie, de tout cœur

10887536_1518580555091646_2417425828545087162_oJ’ai souvent le sentiment que l’horreur du monde ne nous touche plus vraiment. Nous sommes là, connectés presque chaque heure du jour et de la nuit, à faire face à des morts violentes, à l’escalade de la haine, à des images inacceptables que nous apercevons à peine. Alors pourquoi l’attaque de la rédaction de Charlie Hebdo nous touche-t-elle autant? Pourquoi tant de monde, sur les réseaux sociaux ou dans la rue, a-t-il réagi aujourd’hui?

Je crois que cet acte barbare a atteint un idéal, un fondement même de la démocratie. En attaquant un journal satirique, on n’attaque pas seulement la presse. On touche à l’humour. Et l’humour, le rire, c’est justement ce qui fait le propre de l’homme. Bien sûr, Charlie Hebdo n’a pas toujours été drôle. Il a parfois dépassé les bornes. Il m’a énervé, même.

À ce propos, je me souviens d’une discussion animée sur mon mur Facebook. J’avais partagé un article qui relevait le racisme et l’islamophobie grandissante de Charlie. Quelqu’un ne partageait pas mon avis, et nous avions débattu sur les limites de la caricature, à partir de quand elle devient injurieuse et à qui il revient de poser des limites. Je me rappelle qu’après coup, je m’étais fait la réflexion que même si je trouvais que Charlie allait souvent trop loin, cet excès avait eu l’avantage de forcer la réflexion et le débat, comme le démontre les échanges sur mon mur.

Aujourd’hui, j’ai eu les larmes aux yeux presque tout l’après-midi. Des larmes de colère, de tristesse et de dégoût. Et puis, j’ai entendu Barrigue, qui faisait la liste des morts. Et les larmes ont coulé, parce que soudain, tout ça était réel. En 2015, on peut mourir parce qu’on a dessiné. Et ça, c’est intolérable.

RIEN ne justifie d’user de coups de fusil contre des coups de crayon. RIEN ne justifie d’attiser la haine de la sorte. RIEN ne justifie de répondre à ce crime odieux par la violence ou l’exclusion. Je suis persuadée que l’humanité est plus forte que les extrémistes de tout poil. Alors oui, même si je ne partage pas tout ce qui a été publié dans Charlie, #JeSuisCharlie, parce que, dans le cas contraire, j’aurais l’impression de soutenir la terreur.

Publicités
Cet article, publié dans Psychologie de cuisine, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s